Association les Bergers des Pierres – Moselle

La ligne Maginot

Des lendemains qui déchantent, 1919-1929

1919 : l’Europe sort de quatre ans de luttes et l’heure a déjà sonné de dresser le bilan du conflit mondial. Certes, l’Allemagne est vaincue et la France tire de sa victoire un prestige militaire immense ; mais certaines réalités, que masque encore l’euphorie de la victoire, ne vont pas tarder à s’avérer préoccupantes. En effet, diverses considérations d’ordre politique, démographique et militaire vont faire de l’Allemagne plus que jamais l’ennemi potentiel malgré, ou peut-être, à cause, du traité de Versailles.

La désillusion des années vingt

L’Empire austro-hongrois et l’Allemagne ont cessé les hostilités sur les fronts et partout, en France comme ailleurs, on s’accorde à considérer la France comme la première puissance militaire mondiale : elle effacé l’affront de 1870, récupéré l’Alsace-Lorraine et mis fin aux visées hégémoniques de son nouvel ennemi héréditaire. En fait, les choses ne sont pas aussi simples. Les troupes allemandes ont certes été bousculées dans les derniers mois de la guerre mais, en juillet 1918, elles se trouvaient encore à moins de 80 km de Paris après avoir fait jeu égal avec les Alliés pendant plus de quatre ans. Durant toutes ces années, aucun des deux belligérants, une fois terminée la course à la mer, n’a fait preuve de plus de science militaire que l’autre et la victoire finale n’est pas la conséquence d’un effondrement total comme ce sera le cas de la France en juin 1940 ou de l’Allemagne en 1945.

Au point de vue économique, l’Allemagne a souffert du blocus mas ses usines et tous ses moyens de production sont intacts : son territoire n’a pas connu la guerre et elle n’a’ donc pas à relever de ses ruines.

La commission de défense des frontières

Le 31 décembre 1925, soit un mois à peine avoir été nommé ministre de la Guerre dans le ministère Briand (Cartel des gauches, Paul Pailevé crée la Commission de défense des frontières (CDF) en remplacement de la commission précédente et où il replace le général Gillaumat.

简体中文 ZH-CN English EN Français FR Deutsch DE Italiano IT
Retour
error: Content is protected !!