10 octobre 2017

Le système Vauban

Fort de son expérience de la poliorcétique

Il conçoit ou améliore les fortifications de nombreuses villes et ports français. Cela commence en 1666 avec la prise en main des travaux du fort de Brisach. Ce premier chantier lui attirera l’inimitié de l’intendant d’Alsace, Charles Colbert de Saint-Marc qui n’hésitera pas à falsifier des pièces comptables pour le discréditer et se poursuit jusqu’à la mort de l’ingénieur en 1707. Ces travaux gigantesques sont permis par la richesse du pays. Il révolutionne aussi bien la défense des places fortes que leur capture. Il dote la France d’un glacis de places fortes pouvant se soutenir entre elles : pour lui, aucune place n’est imprenable, mais si on lui donne les moyens de résister suffisamment longtemps des secours pourront prendre l’ennemi à revers et lever le siège. De plus, si la ville tombe, Vauban, qui ne souhaite pas que les assiégés résistent jusqu’au dernier, estime qu’une place bien défendue peut permettre une reddition avec les honneurs. Cela entraîne pour les assiégés de pouvoir quitter la ville arme à la main et libres. Ces troupes libérées pourront être employées ultérieurement et peut-être avec plus de réussite. Vauban va ainsi pousser le roi à révolutionner la doctrine militaire défensive de la France en concentrant les places fortes sur les frontières du Royaume c’est la « ceinture de fer » qui protège le pays : le pré carré du roi. À l’intérieur du pays, où le danger d’invasion est moindre, les forteresses sont démantelées. Paris perd par exemple ses fortifications, d’une part, pour libérer des troupes devenues inutiles et qui sont transférées aux frontières et d’autre part, pour éviter aux révoltes de trouver asile dans l’une d’elles comme cela avait été le cas lors de la Fronde.

Au total, Vauban a créé ou élargi plus de 180 forteresses et donné son nom à un type d’architecture militaire : le système Vauban qui a largement été repris même hors de France, par exemple pour les fortifications de la ville de Cadix.

Vauban aurait entre 1666 et 1707, été le responsable de l’amélioration des fortifications ou de la construction d’environ 119 places ou villes fortifiées, 34 citadelles,
58 forts/châteaux et de plusieurs dizaines de bâtiments de défenses (réduits et redoutes).

Vauban était régulièrement sollicité pour, à l’instar de ses écrits sur la prise ou la défense des places fortes, rédiger un précis de construction. L’intéressé répondait invariablement que chaque place était unique, car il fallait tenir compte de son environnement et s’y adapter.

Tout au long de sa carrière, Vauban perfectionna l’architecture des forteresses qu’il construisit ou aménagea. Ainsi, on lui attribue trois systèmes de fortification.

Le pré carré
Les 3 systèmes
– Place forte
– Un fort en chantier