Nous contacter

Combats de Mai

Combats de Mai

Commandement

Le PC du Secteur a été installé à Hellimer
Le commandement du secteur était assuré par le Gal Georges BOUCHER puis par le Col Marcel DAGNAN à compter du 14 novembre 1939.

Chef d’état major : Lt-Col DIDIER
Commandant l’infanterie : Col ROUSSET
Commandant l’artillerie divisionnaire : Col WALFARD puis Col MAURE à compter du ?
Commandant le Génie : CB COSTES
Commandant les Transmissions : Cne DELORME
Commandant le Train : CE LAISSY
Santé : Médecin Cdt MONESTIER
Intendance : Intendant ARREITEG

Infanterie

69°RMIF

Tient le Sous secteur de Lixing qui passe au SF FAULQUEMONT le 15 Mars 1940
Lt Col JOBIN – PC Bois de Brill
3 bataillons de mitrailleurs

82°RMIF

Sous secteur de Leyviller (ou Altrippe) qui passe au SF FAULQUEMONT le 15 Mars 1940.
Lt–Col. MATHEUX – PC au Sud du Vieux Bois à Leyviller
3 bataillons de mitrailleurs

174° RMIF

Sous secteur Saint Jean Rohbach
Lt Col DUPARANT, PC à la Corne du Pfaffenbusch
3 bataillons, un quatriéme (21° Bon) sera créé à compter du 16 mars 1940

41° RMIC

Sous secteur Kappelkinger
Lt Col TRISTANI, PC établi à ??
3 bataillons

51° RMIC

Sous secteur Sarralbe
Lt Col REVIER de MAUNY, PC à Keskastel
3 bataillons

133°RIF

Sous secteur Kalhausen
Col BERTRAND, PC à Kalhausen
3 bataillons

Artillerie

166° RAP

CE MALMARY à compter du 24 aout 1939 puis CE ROBERT à compter du 14 septembre 39 (Promu LtCol à la date du 17 septembre 39)
Composé de 3 groupes à trois batteries, le deuxiéme groupe sera cédé au 163° RAP le 16 mars 194

49° RAMRF

Col SARROLA puis CE ROGER à compter du 7 juin 1940
Composé de 2 groupes de 75 et un groupe de 155C

708° Parc d’artillerie de Forteresse
708° Cie d’ouvriers
708° Cie de munitions auto

Génie

208° Bon

CB COSTES
– 208/1 et 208/2 Compagnies du Génie de Forteresse – Cne HASSE
– Détachement innondations – Lt BOLIKOWSKY
– 208/81 Cie de sapeurs Radiotélégraphistes
– 208/82 Cie de sapeurs Téléphonistes

Divers

Postes Frontiéres

GRM – 4° Groupe de la 7° Légion
8° GRCA (Groupe de Reconnaissance de Corps d’Armée)

Intendance

58/20 Groupe d’exploitation divisionnaire

Santé

158 Groupe Sanitaire Divisionnaire

Train

238/20 Cie auto

Forces aériennes

206° Cie d’aérostiers
1 Poste de sondage

208° Centre d’Instruction Divisionnaire de Secteur Fortifié

Unités de renforcement

Jusqu’à la mobilisation, le secteur dépend du 20° Corps d’Armée car se situant dans la 20° Région Militaire. A la mobilisation, les choses changent : le 9° CA prend place à gauche dans le SD, sur les trois sous-secteurs Ouest (LIXING, LEYVILLER-ALTRIPPE et St JEAN de ROHRBACH), alors que le 20° CA se concentre sur la partie droite en couvrant le Secteur Défensif Provisoire de Sarre-Union et le SF de Rohrbach.

Début Octobre 1940, nouveau changement de structure. Le 20° CA récupère la couverture du sous-secteur de KAPPELKINGER et le 9° CA ne conserve plus que LIXING et LEYVILLER-ALTRIPPE. Par souci de cohérence, ces sous-secteurs sont affectés au SF de FAULQUEMONT le 15 Mats 1940.

Lors de l’attaque nazie du 10 Mai 1940, le SF de la Sarre (St JEAN de ROHRBACH-KAPPELKINGER-SARRALBE-KALHAUSEN) est donc exclusivement couvert par le 20° Corps d’Armée (Gal de CA Louis HUBERT jusqu’au 17 Mai 1940 puis Gal de Division FRAINOT du 17 Mai au 25 Juin 1940). Les grandes unités de renforcement sont les suivantes :

– 82° DIA – Active : Gal de Division Gustave ARMINGEAT pour les deux sous-secteurs Ouest
– 52° DI – Réserve B : Gal de Brigade Eugène ECHARD pour les deux sous-secteurs Est.

Pour mémoire, les secteurs de LIXING et LEYVILLER, anciennement du SD de la Sarre mais maintenant affectés au SF de FAULQUEMONT, sont couverts par la 11° DI d’active : Gal de Brigade Paul ARLABOSSE.

La 87° DIA, la 45° DI et la 1° DI Polonaise, éléments organiques de la 4° Armée, sont en réserve en arrière du SF de la Sarre.

Historique

A l’issue de la première guerre mondiale, l’armée française assure l’occupation de la Sarre qui a un statut spécifique. Aucune fortification n’est prévue à cet endroit par la CDT puis la CDF.

Les choses changent considérablement lorsque la Sarre allemande vote par référendum en janvier 1935 son rattachement à l’Allemagne. La montée parallèle du nazisme et le soudain rapprochement du danger du fait du référendum amènent l’EM à changer sa stratégie pour la Sarre et à lancer un programme de défense, et de finaliser les inondations défensives issues d’une étude qui avait été réalisée en 1930 par l’ingénieur PARISET à la demande de la 20° Région Militaire. En septembre et octobre 1935 est tout de même évalué un projet de constructions CORF (un gros ouvrage et des casemates) sur la partie Ouest (entre Nied allemande et Hoste), resté sans suite cependant compte tenu du coût considérable (100 MF). Les travaux de fortification débutent donc dés courant 1935 avec l’aide de la M.O.M. alors qu’au même moment les barrages et biefs d’inondation sont déjà achevés.

On assiste donc entre 1936 et 1940 à la multiplication des “petits bétons” avec cependant quelques éléments notables:
– côté Ouest, une ligne de gros blockhaus STG entre Teting et Puttelange, datant de 1938 et renforcés par 4 casemates pour un canon de 75mm.
– en face de chaque barrage d’inondation ou digue, un gros blockhaus de défense de digue.
– en deuxième position vers Grostenquin et Francaltroff, une deuxième ligne de blockhaus renforcée tardivement par des blockhaus STG doubles de la ligne CEZF.

Créé en aout 39, le secteur défensif de la Sarre comprend les sous secteurs de Lixing, Altrippe (ou Leyviller), Saint Jean Rohbach et de Kappelkinger. Il perd ce dernier sous secteur courant Septembre 1939 au profit du Secteur Défensif Provisoire de Sarre Union qui compte aussi les sous secteurs de Sarralbe et Kalhausen venant du SF Rohbach. Ce secteur Défensif Provisoire n’aura qu’une existence éphémere et disparaitra fin septembre 39, le Secteur Défensif de la Sarre récupérant alors le sous secteur Sarralbe.

Le SDS sera transformé en Secteur Fortifié de la Sarre le 15 Mars 1940 et contrôlera les sous secteurs de Saint Jean Rohbach, Kappelkinger, Sarralbe et Kalhausen (ces 2 derniers récupérés du SF de ROHRBACH); les sous secteurs Lixing et Altrippe passant sous le commandement de la 52° Divison d’Infanterie et du SF de FAULQUEMONT.


Combats de Mai-Juin 1940:

Le secteur demeure relativement calme les jours qui suivent l’attaque du 10 Mai 1940. La situation étant vite problématique au nord de là, les divisions de renforcement sont rapidement transférées vers les Ardennes pour combler les brèches. Ainsi, la 14° DI (réserve du GQG) et la 87° DIA partent du secteur entre les 14 et 15 Mai 1940. Les troupes en ligne n’ont plus que la 1° DI Polonaise en soutien.

23 Mai 1940 : après avoir combattu avec force en avant et vers Sarreguemines, la 82° DIA est retirée à son tour et transférée vers Reims, ou elle reprendra les combats. Seule la 52° DI et la 1° DIP restent sur site.

25 Mai 1940 : les avant-postes sont évacués sans réaction allemande.

26 Mai 1940 : seuls quelques bouchons sont encore occupés devant la LPR : Loupershouse, Guebenhouse, Ernestviller, Grundviller.

28 Mai 1940 : le bouchon de Guebenhouse est pris par les allemands, repris le lendemain par les défenseurs.

30 Mai 1940 : la 52° DI se retire à son tour. Parallèlement à la dissolution du 20° CA, le SF Sarre reprend le commandement direct des sous-secteurs correspondant avec pour seule protection les troupes de forteresse.

31 Mai 1940 : attaque allemande vers St Jean de Rohrbach, entrainant la perte du bouchon de Loupershouse.

2 au 5 Juin 1940 : repli ou perte des bouchons avancés devant la LPR. L’ennemi se rapproche. Le 5 Juin, il entre dans Puttelange, alors qu’au même moment la 52° DI revient en ligne sur le sous-secteur de St JEAN de ROHRBACH qui sort du SF de la Sarre.

5 au 12 Juin : les quartiers pris de Puttelange sont libérés au prix de durs combats. A la date du 12, tous les avancées sont abandonnées sauf le Knop et Bellevue devant Remering.

13 Juin 1940 : l’ordre est donné d’abandonner la ligne Maginot. Le mouvement commencera dans la soirée du 14 Juin. Dans la journée du 13, le bombardement allemand sur la LPR s’intensifie.
Au même moment ailleurs : les allemands approchent de Paris, où ils défilent le lendemain.

A compter du 13 juin, le Secteur Fortifié de la Sarre est dissout et le groupement de marche DAGNAN est formé dans le cadre de la retraite prévue de la position fortifiée.

14 Juin 1940 : c’est précisément au moment où l’armée française considère abandonner la LPR que l’armée allemande choisit de l’attaquer de façon massive (opération TIGER). Le 14 au matin, la 1° Armee du Gal von Witzleben commence son bombardement de préparation puis lance l’attaque entre Biding, Puttelange, Holving et Sarralbe.
Les avancées et la LPR résistent malgré la chute du Knop, du bois de Kalmerich et de l’avancée de Barst. Dans la soirée l’ennemi n’a pas réussi à percer nettement les défenses, ce qui constitue une victoire tactique défensive pour l’armée française.
Dans la nuit le gros des troupes de forteresse se replient conformément aux ordres, laissant une simple croute de défense.

15 Juin 1940 : l’attaque allemande reprend. Les défenses sont percées rapidement et la poursuite des unités en repli commence.

15 au 22 Juin 1940 : le groupement DAGNAN se replie en combattant successivement sur le canal de la Marne au Rhin (16-18 Juin), et au pied des Vosges vers St Dié, où il rend les armes.

L’ouvrage du HAUT-POIRIER et les casemates du sous-secteur de Kalhausen, toujours occupés, sont bombardés à partir du 18 Juin. Sérieusement endommagés et hors de portée de la protection du SIMSERHOF, ils se rendent le 21 Juin.

Retour
error: Content is protected !!