LA CONSOLIDATION DES FORTS
Le béton spécial
Pour remédier à la crise causée par les obus torpille, il était nécessaire d’ajuster les fortifications en couvrant les locaux d’une épaisse couche de terre ou en les renforçant avec du béton.
C’est le béton spécial qui a obtenu le meilleur résultat en 1886.  Il est constitué de 0,3 m3 de gravier, 0,9 m3 de cailloux et 400 kg de ciment, ce qui équivaut à 1 m3 de béton spécial mis en place et damé.
Pour les parties qui ne sont pas touchées directement par les obus, la quantité de ciment est réduite à 300 kg.
Dans le but d’améliorer la résistance, les massifs de béton, qui forment les organes de la fortification, sont en théorie coulés sans interruption, afin de former des blocs monolithes.
Ce béton peut renforcer des locaux anciens, vidés de leur terre, puis recouverts d’un matelas de sable d’une épaisseur de 2,5 m,
sur lequel on applique une « carapace » en béton spécial de 2,5 m à l’instar des forts de Longchamp, de Douaumont ou de Vaux.
Il est aussi utilisé pour créer de nouveaux locaux, placés dans une partie vierge de la fortification comme aux forts de Girancourt, de Villey le Sec ou de Domgermain,
ou à la place d’anciens locaux en maçonnerie comme aux forts de la Grande Haye ou d’Uxegney.
Lorsqu’on procède à ce genre de renforcement, il est essentiel que le béton ait une épaisseur minimale de 2m50 pour un cintre de voûte de 5 mètres.
Par exemple, au fort de la Grande Haye, le béton atteint une épaisseur considérable.2m65.
Une ligne rouge signale sur les murs les parties bétonnées à l’intérieur des locaux, indiquant aux soldats qu’ils se trouvent dans des locaux protégés des obus à mélinite,
le mortier de 270 cm est considéré comme le calibre français le plus gros à l’époque, même s’il a un diamètre inférieur à 27 cm.
À partir de 1897, il n’y aura plus de béton spécial utilisé pour les parties exposées ; il sera remplacé par du béton armé coulé en dalles.
 
 
Le béton armé 
Est arrivé en 1897, ce qui a permis de couler du béton en dalle et de réduire son épaisseur à 1m50 pour les galeries, pour dissimuler plus facilement les ouvrages,
il est préférable d’utiliser une hauteur de 1m60 pour les coffres de contre-escarpe et de 1m75 pour les casernements.
Ce béton a les mêmes caractéristiques que le béton spécial, mais il est renforcé avec une grande quantité de barres de fer de 1 cm de diamètre.
Pendant les travaux, l’ouvrage est paralysé par ces améliorations très coûteuses. Elles ne seront pas mises en place sur l’ensemble du système. 
Les renforcements ne seront disponibles que pour les ouvrages prioritaires de première catégorie, certains ouvrages côtiers et quelques forts dans les Alpes.