LA PLACE FORTIFIÉE DE VERDUN, ÉGALEMENT APPELÉE CAMP RETRANCHÉ
Carte Place de Verdun.

Plan N°#010
Taille du fichier : 259 kB

Le système Séré de Rivières a sélectionné Verdun, une ville fortifiée depuis le XVIème siècle, comme l’une des places fortes principales de l’Est. De manière historique, la ville de Verdun a été la dernière ville libérée par les Allemands après la victoire de la Prusse en 1870. Sa position face à la place forte de Metz en fait un point stratégique de défense des frontières de l’Est. Occupé par les Allemands et chargé de la surveillance des voies de communication menant à Paris. En 1875, c’est le fort de Tavannes qui marque le début de la construction des forts à Verdun. Cependant, elle sera rapidement rattrapée par l’installation d’une redoute, connue sous le nom de redoute de panique. Construite en urgence pour faire face aux menaces ennemies. On peut donc compter les forts de Belleville et Belrupt. Saint-Michel, sur la rive droite, ainsi que les forts de Dugny. Regret et de la Chaume, le long de la rive gauche. Ensuite. Les forts de Marre et Souville furent installés. À partir de 1880. Le dispositif de la place sera renforcé par la construction de forts capables de se défendre mutuellement. Il est prévu d’agrandir le périmètre de la place pour éloigner les lignes ennemies dans certains secteurs. Tout comme celui de Souville, avec l’édification des forts de Vaux et de Douaumont. Et celui de la chaume, avec la mise en place du fort de Sartelles. Après la crise de l’obus torpille, de nombreux ouvrages viendront renforcer ce dispositif, ce qui fait référence à 1914. Il y a 19 forts à Verdun,  dont 14 ont été modernisés. Il y a 34 abris de combat. 4 abris souterrains, 118 batteries d’artillerie. 15 ouvrages d’infanterie. Il y a 33 magasins extérieurs et une redoute d’infanterie. 685 canons de siège, 20 canons sur affûts trucks et 70 000 hommes assurent la protection de tout cela. Tous ces ouvrages de construction variés sont reliés par un réseau de voies militaires s’étendant sur 60 km. Il y a aussi un poste radiotélégraphique, un terrain d’aviation et un parc à dirigeables à cet endroit. À la veille de la guerre. Verdun occupe donc la position la plus élevée du système Séré de RivièreÀ la fin de 1914, l’État-major français ne croit plus en la fortification permanente. Les places fortes, incluant Verdun, Ils seront complètement désarmés en 1915.Les canons seront dépêchés sur le front. Les seuls armements que la place détient sont les canons sous tourelle. Ce qui ne sera pas détecté par un sourd. Les Allemands, incapables de progresser sur le front, vont prendre une décision. En s’attaquant à la place de Verdun le 21 février 1916, les troupes françaises sont épuisées. Ils vont mettre en place une armada de pièces de gros calibre pour bombarder la place désarmée. Certains forts seront renversés, comme celui de Douaumont, qui capitulera sans combat le 25 février 1916. Après des affrontements poussés jusque dans les galeries de l’ouvrage, le fort de Vaux sera également capturé. D’autres vont se battre sans se rendre, même s’ils n’ont pas été complètement modernisés, comme les forts de Souville ou de Tavannes. Les forts modernes de Froideterre, Moulainville et Vacherauville vont jouer un rôle si crucial dans la bataille qu’ils démontreront que la fortification permanente est un bon moyen de défense. Cependant, il est nécessaire de faire quelques ajustements à l’intérieur des ouvrages pour faciliter la vie des soldats des forts accompliront leur tâche, mais les soldats peu armés dans les tranchées feront preuve de bravoure. C’est grâce à eux que nous avons remporté la victoire le 19 décembre 1916. La place de Verdun ne se rendra pas.
 
  • Le dépôt intermédiaire J de Moulainville
  • Le fort de Moulainville
  • L’abri de combat MD1
  • L’abri de combat MD2
  • L’ouvrage d’infanterie F de Manesel
  • L’ouvrage d’infanterie de la Croix Brandier
  • Le magasin de secteur M3 de Belrupt
  • Le fort de Belrupt
  • L’ouvrage intermédiaire de Déramé
  • L’ouvrage d’infanterie G de Châtillon
  • L’abri de combat DR1
  • Le dépôt intermédiaire K du Rozelier
  • Le fort de Rozelier
  • Le dépôt intermédiaire R ou X du Rozelier
  • L’abri de combat RSS1
  • L’ouvrage d’infanterie P de Jaulny
  • L’ouvrage d’infanterie des Réunis
  • Dépôt intermédiaire S ou W de Saint Symphorien
  • L’abri de combat RSS2
  • L’ouvrage intermédiaire F de St-Symphorien
  • L’abri de combat SSH1
  • Le magasin de secteur M4 d’Haudainville
  • Le fort d’Haudainville
  • Le dépôt intermédiaire T d’Haudainville
  • L’abri de combat HLF1
  • La batterie d’artillerie 6-6 de l’Ollier
  • Le fort de Génicourt
  • L’ouvrage intermédiaire de la Falouse
  • L’abri de combat LFD1
  • L’abri de combat LFD2
  • Le dépôt intermédiaire V de Dugny
  • Le fort de Dugny
  • L’abri de combat DL1
  • Dépôt intermédiaire U de Dugny-Landrecourt
  • L’abri de combat DL2
  • Le fort de Landrecourt
  • L’abri de combat LR1
  • Le dépôt intermédiaire L de Landrecourt
  • L’ouvrage d’infanterie I du Chapitre
  • Le magasin de secteur M5 du Champ de la Gaille
  • L’abri de combat LR2
  • Le fort de Regret
  • La batterie d’artillerie 3-7 annexe au fort de Regret
  • Les batteries d’artillerie 3-4 & 3-6 de Regret
  • L’ouvrage d’infanterie J de Baleycourt
  • Le dépôt intermédiaire M de Regret
  • L’abri de combat RS1
  • L’abri de combat RS2
  • Le fort de Sartelles
  • L’ouvrage d’infanterie K de Fromeréville
  •  Le fort de la Chaume
  • Le dépôt intermédiaire N de la Chaume
  • L’abri caverne Sartelles Chana
  • Le dépôt intermédiaire Y de Chana
  • L’ouvrage intermédiaire de Chana
  • Le magasin de secteur M6 de Lombut
  • L’ouvrage d’infanterie L de Germonville
  • Le dépôt intermédiaire O de Choisel
  • Le fort de Choisel
  • L’abri de combat CBB1
  • Le poste d’infanterie M des Bruyères
  • Le dépôt intermédiaire P de Bois-Bourrus
  • L’abri de combat CBB2
  • Le fort de Bois Bourrus
  • Le dépôt intermédiaire Z de Bois-Bourrus
  • L’abri de combat BBM1
  • Le fort de Marre
  • Le dépôt intermédiaire Q de Belle-Epine
  • L’abri de combat MBE1
  • Le magasin de Marre M7
  • Le poste de Belle Epine
  • Le fort de Vacherauville
  • L’ouvrage intermédiaire N de Charny Les casernes
  • Divers