20 février 2017

Le Système Vauban

Fortifications et constructions de Vauban
À la Renaissance, une nouvelle école de fortification émerge et pose les bases des nouvelles manières de défendre les places fortes. Elle introduit le glacis, une zone en pente douce, privée de tout couvert, qui entoure la forteresse. Autre nouveauté, le chemin couvert, qui sépare le fossé du glacis : il permet de déployer des mousquetaires, pour fusiller tout assaillant qui s’aventurerait sur le glacis. Il est légèrement en contrebas des courtines principales qui sont armées par les canons de la place, ce qui permet l’étagement des feux ; il n’est pas protégé côté forteresse, et n’offre donc aucun avantage après sa prise. L’usage de la terre extraite du fossé dans la construction redevient prépondérant, la maçonnerie est employée principalement pour bâtir deux murs encadrant le fossé, l’escarpe côté courtine et la contrescarpe côté glacis. La tour disparaît au profit du bastion, entre lesquels s’intercalent des demi-lunes, qui remplacent les premiers ouvrages détachés.

Toutes ces nouvelles techniques sont formalisées, en France, dans un premier traité de fortification : La fortification reduicte en art et demonstrée, écrit par Jean Errard et publié en 1604. Il y détermine les distances entre les ouvrages en fonction de la portée de l’arquebuse et préconise l’étagement des feux. Antoine Deville et Blaise de Pagan poursuivent son œuvre, en particulier en introduisant l’usage de réduits, au sein des ouvrages, pour retarder leur chute en fournissant aux défenseurs une position de repli où ils peuvent se réfugier et bénéficier d’un avantage, au sein même de l’ouvrage. Le principe de l’échelonnement dans la profondeur est né, il est ensuite perfectionné par leurs successeurs, Vauban. On peut également citer Daniel Specklin qui écrivit Architectura von Vestungen.

Le système Vauban
Fort de son expérience de la poliorcétique, il conçoit ou améliore les fortifications de nombreuses villes et ports français. Cela commence en 1666 avec la prise en main des travaux du fort de Brisach. Ce premier chantier lui attirera l’inimitié de l’intendant d’Alsace, Charles Colbert de Saint-Marc qui n’hésitera pas à falsifier des pièces comptables pour le discréditer et se poursuit jusqu’à la mort de l’ingénieur en 1707. Ces travaux gigantesques sont permis par la richesse du pays. Il révolutionne aussi bien la défense des places fortes que leur capture. Il dote la France d’un glacis de places fortes pouvant se soutenir entre elles : pour lui, aucune place n’est imprenable, mais si on lui donne les moyens de résister suffisamment longtemps des secours pourront prendre l’ennemi à revers et lever le siège. De plus, si la ville tombe, Vauban, qui ne souhaite pas que les assiégés résistent jusqu’au dernier, estime qu’une place bien défendue peut permettre une reddition avec les honneurs. Cela entraîne pour les assiégés de pouvoir quitter la ville arme à la main et libres. Ces troupes libérées pourront être employées ultérieurement et peut-être avec plus de réussite. Vauban, va ainsi pousser le roi à révolutionner la doctrine militaire défensive de la France en concentrant les places fortes sur les frontières du Royaume c’est la « ceinture de fer » qui protège le pays : le pré carré du roi. À l’intérieur du pays, où le danger d’invasion est moindre, les forteresses sont démantelées. Paris perd par exemple ses fortifications, d’une part, pour libérer des troupes devenues inutiles et qui sont transférées aux frontières et d’autre part, pour éviter aux révoltes de trouver asile dans l’une d’elles comme cela avait été le cas lors de la Fronde.

Le pré carré
– Les magasins à poudre

Conception et construction d’une fortification
Vauban était régulièrement sollicité pour, à l’instar de ses écrits sur la prise ou la défense des places fortes, rédiger un précis de construction. L’intéressé répondait invariablement que chaque place était unique, car il fallait tenir compte de son environnement et s’y adapter.

Un fort en chantier

Un fort en chantier (Source inconnue.)

Tout au long de sa carrière, Vauban. perfectionna l’architecture des forteresses qu’il construisit ou aménagea. Ainsi, on lui attribue trois systèmes de fortification.

Premier système :
Au début de sa carrière d’ingénieur aux fortifications, son travail était très proche de ce qui avait été fait par les architectes italiens et français de l’époque. Lui-même reconnaissait qu’il « paganisait » Blaise de Pagan

Deuxième système :
Tirant expérience de la poliorcétique, il développa un deuxième système. S’étant rendu compte que la prise d’un bastion entraînait invariablement la prise rapide de la ville, il décida de séparer ces derniers de l’ouvrage. Cette modification avait pour avantage de mieux protéger l’artillerie et de créer une deuxième ceinture de protection.

Troisième système :
Ce dernier système est l’aboutissement de plusieurs décennies d’expérience militaire. Ce type d’ouvrage ne fut construit qu’une fois, ce fut Neuf-Brisach, en Alsace, destiné à remplacer la place de Vieux-Brisach (Alt-Breisach en rive droite du Rhin, perdue par la France). Il reprend les évolutions du deuxième système qui augmentait encore la défense en profondeur notamment par l’implantation de « tours-bastions » renforçants les bastions.

Aller à la barre d’outils